Emile Milot, Prediseo : entre stratégie et expertise

article
Écrit par Kunckler Florian

Il a la finesse du stratège et l’expertise du spécialiste. Emile Milot est un entrepreneur. Un entrepreneur né, qui n’a jamais pensé sa carrière autrement. Il est aujourd’hui à la tête d’une solide start up : Prediseo. Stratège donc, mais aussi un spécialiste du référencement. Et c’est ce qui fait la différence. Ce qui a convaincu l’Incubateur Belle de Mai. Rencontre avec un porteur de projet, qui n’a pas peur de mettre les mains dans le cambouis.

« Monter mon entreprise ? C’était une évidence. Déjà pendant mes études je ne pensais qu’à ça. J’ai créé une première entreprise avant même d’être diplômé. » Il a ça dans le sang, Emile Milot. Et on ne parle pas ici au figuré : « presque toute ma famille baigne dans l’entrepreneuriat. Depuis tout petit, je m’y suis projeté »

Puisqu’il ne voyait pas comment envisager sa carrière autrement, il fait logiquement le choix du marketing pour ses études. Un master à Sup de Co, puis une série de formations qui lui donneront les armes nécessaires pour façonner son futur projet. Pour penser son entreprise. Il ne lui manquait plus que le filon.

Ne pas se limiter à proposer du service : créer de la valeur

Le référencement est un marché récent. Un marché en perpétuel mutation, et un secteur porteur. Emile Milot s’y est intéressé très vite, alors qu’il n’était qu’étudiant. « Je sentais qu’il y avait un besoin et que l’on pouvait proposer quelque chose de mieux. De plus abouti dans ce domaine. » Il voyait juste.

Alors que la plupart des professionnels du référencement se limitent à une activité de conseil, il décide d’aller plus loin. De ne pas de faire que du service, mais en véritable entrepreneur, de créer de la valeur. Comment concevoir un produit lorsque l’on s’attaque à un marché de services vous demandez vous ? En créant ses propres outils pour appuyer son expertise.

Emile Milot décide donc de fabriquer un logiciel. Mais s’il est un expert du référencement, l’entrepreneur n’est pas un développeur pour autant. En 2009, il  s’associe avec un ingénieur, Nicolas Guerrier, pour mener à bien son double objectif : créer une entreprise de conseil en référencement, proposant en parallèle une technologie propriétaire. Un outil sur-mesure, qui dépassera ce qui existe sur le marché.

Une incubation efficace

Le projet est ficelé. Emile Milot se lance dans le grand bain. Familier du fonctionnement des incubateurs, il commence à taper aux portes. A monter des dossiers. Il convainc l’Incubateur Belle de Mai.

« L’Incubateur Multimédias de Marseille – en plus d’être spécialisé dans l’économie du numérique et d’offrir une véritable expertise – propose des facilités que d’autres structures d’accompagnement ne permettent pas », explique l’entrepreneur. Et de poursuivre : « l’Incubateur nous a aidé financer certaines prestations techniques, ce n’est pas évident dans tous les programmes d’accompagnement. »

Si l’apport en capital proposé par la Belle de Mai était primordial pour Emile Milot, l’accompagnement et l’expertise du chargé d’affaires n’ont pas été de trop non plus. « Sans même parler du réseau. Je suis sorti de l’incubation avec de nombreux contacts, partenaires et clients potentiels. C’est extrêmement important lorsque l’on lance son projet », confie l’entrepreneur.

Parfaite cette expérience de l’incubation ? « Rien n’est jamais parfait », s’amuse le jeune homme. « Même si je suis très satisfait de l’accompagnement dont j’ai bénéficié, je m’attendais à rencontrer plus d’entrepreneurs comme moi. De pouvoir plus facilement échanger avec des porteurs de projets. Si je devais faire une proposition pour améliorer le programme de la Belle de Mai, elle serait la suivante : proposer plus de rencontres avec d’anciens incubés d’un même secteur. Avec d’autres entrepreneurs. Echanger plus, confronter nos trajectoires, pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. » Qu’on se le tienne pour dit.

Prediseo, « une arme de référencement massive »

« Prediseo accompagne des entreprises, souvent positionnées dans le domaine du e-commerce, pour les faire gagner en visibilité sur internet. » Avec un objectif principal : être bien référencé sur les moteurs de recherche.

Une fine alchimie que l’art du référencement. Profane ? Une petite piqure de rappel s’impose. Vulgairement, le référencement, c’est être dans les premières places de Google sur quelques requêtes judicieusement déterminées. Un exemple pour les néophytes ? Admettons que vous soyez le gérant d’un hôtel à Paris. Votre chiffre d’affaires grimperait en flèche si les touristes, en tapant sur la barre de recherche de Google « hôtel » et « paris », tombait directement, en premier résultat, sur votre établissement.

Voilà le pari d’Emile Milot : vous permettre de gagner nettement en visibilité sur le web en vous repositionnant sur les moteurs de recherche. Comment ? « Il y a grossièrement deux moyens d’apparaitre plus haut dans les résultats de Google(encore et toujours le moteur de recherche le plus utilisé, et de loin, ndlr). Le référencement payant et le référencement dit naturel. » Pour le premier, il suffit – comme son nom l’indique – de payer pour apparaître – pendant un temps (déterminé en nombre de clics) et sur certaines requêtes – en haut ou sur le côté droit de l’écran. Ça ne vous dit rien ? Ce sont les résultats estampillés d’un petit libellé jaune « Annonce ».

Quant au référencement naturel, ça se corse un peu. Pour être bien placé dans les résultats principaux de Google, il faut correspondre parfaitement au cahier des charges imposé par l’algorithme de la firme de Moutain View. Et seul un expert peut vous rendre « Google compatible ».

« Chez Prediseo, nous nous concentrons sur le référencement naturel. Bien sûr, nous proposons notre expertise technique et un accompagnement personnalisé. » Ce que beaucoup de consultants proposent. « Il ne faut pas oublier que le référencement est une compétition contre vos concurrents. Il ne faut pas seulement apparaître bien placé dans les résultats, il faut être situé devant les autres acteurs de votre marché. » Il ne faut donc pas un bon « référenceur », il faut le meilleur.

« Notre véritable plus ? Notre outil d’analyse « maison ». La voilà la différence, la fameuse création de valeur. Ce qui rend Prediseo incontournable. L’entreprise a créé son propre logiciel d’analyse des résultats. Grossièrement ? « Nous photographions l’ensemble des résultats de Google à différents instants de votre campagne de référencement. Cela nous permet d’ajuster notre stratégie et d’être encore plus performant. »

Bien sûr, d’autres outils existent et existaient déjà avant Prediseo. « Ce qui nous différencie ? Notre logiciel traite 100 fois plus de données que tout ce qui existe aujourd’hui sur le marché. Nous sommes donc beaucoup plus précis que la concurrence, ce qui est un atout considérable pour optimiser les stratégies de référencement. »

Le secteur du référencement bouge vite, Prediseo aussi

« Puisque nous sommes sur un marché qui mute rapidement, nous ne cessons ne nous remettre en question, de faire évoluer notre offre », ajoute l’entrepreneur. La prochaine étape ? Commercialiser le logiciel dont il se sert pour accompagner ses clients, en France mais aussi à l’étranger. « Et bien sûr continuer de le faire évoluer, de l’améliorer et de le rendre encore plus performant. » Prediseo ne s’arrêtera certainement pas là.

×

Pour ne rien rater de nos actus, abonnez-vous à notre newsletter !